Archives de mars 2012

Rallye Aïcha des Gazelles : arrivée à Essaouira

Une remise de prix pleine d’émotion

ann_31032012_essaouira_010513.jpg ann_31032012_essaouira_010598.jpg
Après leur défilé sur la longue plage ensoleillée d’Essaouira,  les Gazelles et leurs proches ont franchi le seuil du vaste chapiteau monté pour cette dernière journée.  Elles ont été accueillies par une haie d’honneur formée par les organisateurs. Un tonnerre d’applaudissements les a accompagnées jusqu’au rangées de sièges prévues pour elle devant la scène. Avant la remise des prix, un hommage a été rendu aux fidèles partenaires du Rallye sous la forme d’un film aux images fortes montrant leurs engagements envers l’événement et les femmes.
nic_31032012_essaouira_010326.jpg eri_31032012_essaouira_010382.jpg
Standing ovation, la remise des prix commence  sous la bienveillance de Mr Devico, président d’Aïcha, sponsor depuis 15 ans : chaque gazelle a droit à son instant de gloire en étant appelée par l’organisatrice  Dominique Serra, à monter sur l’estrade pour y recevoir trophée et cadeaux. Un moment exceptionnel  immortalisé par les photographes et les cameramen des journalistes qui ont le don pour capter sur chaque visage la joie et l’émotion qui s’y lisent. Puis c’est au tour des gagnantes des différentes catégories d’être appelées sur scène :

Au classement général 4×4/Camion/Buggy :


eri_31032012_essaouira_040022.jpg
1ère : l’équipage 187 – Carole MONTILLET et Julie VERDAGUER – (Axecibles)


eri_31032012_essaouira_1.jpg
2ème : l’équipage 170 – Jeanette JAMES et Florence PHAM (Volkswagen Véhicules Utilitaires)

eri_31032012_essaouira_030106.jpg
3ème : l’équipage 203 – Elisabete JACINTO et Sofia CARVALHOSA (Volkswagen Véhicules Utilitaires)

 
Au classement général Crossover :


eri_31032012_essaouira_030127.jpg
1ère : l’équipage 310 – Sylvie HUSSON et Sophie GOSET -(La Poste)


eri_31032012_essaouira_030018.jpg
2ème : l’équipage 311 – Lucie FERNANDEZ et Céline TSALIKIS (La Poste)


eri_31032012_essaouira_010421.jpg
3ème : l’équipage 315 – Isabelle BONFAND et Célanie MIGNOT (Dacia Duster women@renault)

 Au classement général Quads/RZR/Motos :


ann_31032012_essaouira_020148.jpg
1ère : l’équipage 20 – Dorothée LANGLOIS et France CLEVES (POLARIS BENELUX)


ann_31032012_essaouira_020111.jpg
2ème : l’équipage 26 – Aurélie LECOINTRE et Stéphanie BOUISSON (Hexis Energy Drink)


eri_31032012_essaouira_010408.jpg
3ème : l’équipage 25 – Catherine KERAMIDAS et Christine ARMENTE (Actemium)

Au classement général – 1ère participation :


ann_31032012_essaouira_020108.jpg
4×4/Camions/ Buggy : l‘équipage 210 – Emmanuelle SAULNIER et Sylvia LEDOUX (Gimag)


ann_31032012_essaouira_020156_resize.jpg
Crossover : l‘équipage 310 – Sylvie HUSSON et Sophie GOSET -(La Poste)

  eri_31032012_essaouira_030132_resize.jpg
Quads/RZR/Motos : l‘équipage 26 – Aurélie LECOINTRE et Stéphanie BOUISSON (Hexis Energy Drink)

 
Le Challenge Logica : Le prix de l’Eco-Conduite Logica est remis aux équipages qui ont le plus joué le jeu de l’Eco-Conduite.

Le prix de l’Eco-Conduite est remis cette année aux équipages :

eri_17032012_paris_060064.jpg
Crossover : l’équipage 320 – Marie LE NEILLON-QUESSEVEUR et Susanne EHMER (Daimler AG – Mercedes Benz Vans)


eri_31032012_essaouira_030107_resize.jpg
4X4 : l’équipage 107 – Amy LERNER et Tricia REINA (American Expedition Vehicles)

Gagnantes de l’étape Les Celliers de Meknès :


eri_31032012_essaouira_030123.jpg
4×4 : l’équipage 170 – Jeanette JAMES et Florence PHAM (Volkswagen Véhicules Utilitaires)


eri_31032012_essaouira_030127.jpg
Crossover : l’équipage 310 – Sylvie HUSSON et Sophie GOSET -(La Poste)


nat_26032012_leg4_020182_resize.jpg
Moto-Quad : l’équipage 26 – Aurélie LECOINTRE et Stéphanie BOUISSON (Hexis Energy Drink)

Gagnantes de l’étape MDJS :


_1em2936_1.jpg
4×4 : l’équipage 187 – Carole MONTILLET et Julie VERDAGUER – (Axecibles)


jul_23032012_leg2_010154.jpg
Crossover : l’équipage 320 – Marie LE NEILLON-QUESSEVEUR et Susanne EHMER (Daimler AG – Mercedes Benz Vans)


nic_20032012_erfoud_090039.jpg
Moto-Quad : l’équipage 25 – Catherine KERAMIDAS et Christine ARMENTE (Actemium)

Le Challenge Relai Isuzu Média : Un chèque de 15000 € est remis à l’associationsoutenu par le team 148


eri_31032012_essaouira_030111.jpg
L’équipage 148 – Marielle ASOU-POTHET et Valérie THIEBAUT (Isuzu – Midi Libre – Tamounte)

Le Challenge Hexis Beauty Cars : Hexis propulse les Gazelles qui décorent le mieux leurs véhicules en offrant l’inscription 2013 à la gagnante, 50% de l’inscription à la seconde et 33% à la troisième !

226.jpg
1ère : l’équipage 226 – Fabienne GALIDIE et Marilyne RIGNON (Gravity Partners Group)


126.jpg
2ème : l’équipage 126 – Evelyne COLOMER-BUHL et Zepur BLOT (Hexis – Altitude Informatique)


101.jpg
3ème : l’équipage 101 – Corinne PERON et Célia Le BORGNE (Nicollin)


210.jpg
Equipage coup de Coeur : l’équipage 210 – Emmanuelle SAULNIER et Sylvia LEDOUX (Gimag) qui remporte le covering de sa voiture pour l’année prochaine !
Nous tenons à remercier tous les partenaires qui ont contribué à faire de ce rallye une réussite exemplaire : ONMT, Total, Hexis, Logica, Atol, MDJS, Brasseries du Maroc, Les Celliers de Meknes, Soleil Sucré, Gan, Isuzu, La Poste.net, 2M, Le journal des Femmes, TV5 monde, Chérie FM, Massa Pneu. Un grand merci également pour leur confiance et leur engagement  aux constructeurs très présents sur le rallye : Renault et ses Dacia Duster,  Volkswagen et ses Amarok, Mercedes et ses vito et sprinters,  Isuzu  et ses D Max, Suzuki. Nous remercions également les partenaires cadeaux  sans lesquels la fête serait moins belle pour les gazelles. Nutrimetics, Gan, La Poste, La Poste.net, Aicha, Total, Chérie FM, Lacoste, Aigle, Massa Pneu, les celliers de Meknès, Carlota Marbella, Kamenza, O’Kari, Fototiss.

« La victoire de toutes les Gazelles »

Malgré tout le sable qu’elles ont affronté pendant cette 22ème édition, les Gazelles vont encore y avoir droit. Cette fois, c’est sur la plage d’Essaouira, en face du Sofitel Médina, entre le port , la Médina et le front de mer.

Une baie cerclée d’eau turquoise, paradis des sports de voile, et spectacle de l’arrivée officielle du Rallye. Un moment de gloire pour chaque Gazelle, qui fête la victoire, leur victoire ! Et pour les encourager, nombreux sont celles et ceux qui se sont rassemblés sur la ligne d’arrivée matérialisée par les wingflags du Rallye et de ses partenaires.

Triomphantes, les Gazelles franchissent la ligne d’arrivée en trônant sur leurs véhicules parfois encore couverts de poussières du désert ! Reines de la détermination, du dépassement de soi et porteuses de valeurs, elles profitent de cet instant unique, où seuls les sourires et le regard qu’elles portent suffisent à comprendre que ce qu’elles ont vécu est unique et sans comparable.

En exclusivité, voici les impressions des gagnantes de chaque catégorie sur cette 22ème édition.

Pour le team 187 (Carole MONTILLET et Julie VERDAGUER – Axecibles), victorieux en catégorie 4×4 et Camions : « Ce fût 8 jours très difficiles ! On dit cela tous les ans, c’est sûr, mais à chaque fois on a l’impression que c’est plus dur que les années précédentes car au final on ne retient que les bons moments ! En tout cas, il y a eu une superbe convivialité entre Gazelles ! Et bien sûr, nous sommes vraiment fières du résultat ! »

Le team 310 (Sylvie HUSSON et Sophie GOSET – La Poste), qui remporte la 1ère place en catégorie Crossover : « Qu’importe la place, nous sommes toutes de sacrées nanas ! C’est une victoire que l’on dédie à toutes les Gazelles, à toutes celles et ceux qui nous ont soutenu et qui nous ont donné des ailes, et bien sûr à La Poste ! »

S’il est bien connu que les Gazelles sont des femmes engagées, Dorothée Langlois du team 20 (POLARIS BENELUX), qui participe aux côté de la Belge France Cleves, toutes deux 1ère dans la catégorie Quad, RZR et Motos, explique que sa passion pour le Rallye et sa victoire contre l’anorexie-boulimie est un message pour toutes celles qui se battent : « Le Rallye m’a donné l’envie de me battre, m’a donné de l’ambition, et aujourd’hui, c’est une énorme victoire, le plus beau des cadeaux, et le plus beau des messages ! »

rallyeaichadesgazelles.com

Publié 31 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Animation, Sport

Agadir : le Concert Jeunes Talents

.

La quatrième édition du concert « Jeunes Talents » avait lieu aujourd’hui à Agadir, au Complexe Culturel Mohamed Kahir Eddine.

Cette manifestation s’est déroulée d’une façon exemplaire, malgré le peu de moyens dont disposaient les organisateurs et tout s’est passé dans la joie et la bonne humeur générale.

On a pu y voir des jeunes talents s’exprimer d’une façon tout-à-fait professionnelle, avec un métier déjà affirmé.
.

Bravo aux organisateurs pour cette réalisation !
Danielle Suzanne s’est aussi beaucoup investie pour la réussite de ce concert

Voici quelques photos des artistes et du public qui a pris plaisir à participer :         
         

         

                   

         

                             

         

Photos M. Terrier – Cliquez sur les photos pour les agrandir. 

Publié 31 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Musique, Spectacle

Judo : Les Algériens dès dimanche au Maroc

Ils seront 19 judokas (10 messieurs et 9 dames) à être engagés dans la 33e édition des Championnats d’Afrique des nations individuels et par équipes prévus du 1er au 7 avril dans la capitale du Souss-Massa-Drâa, Agadir (Maroc). Pour ces joutes continentales des nations, qualificatives aux Jeux olympiques de Londres de l’été prochain, les formations algériennes se présentent comme suit : l’effectif des messieurs comptera Lies Saker (60 kg), Youcef Nouari et Ahmed Mohammdi (remplaçant) (66 kg), Larbi Grini (73 kg), Abderrahmane Benamadi et Yacine Ladour (remplaçant) (81 kg), Amar Benyekhlef (90 kg), Liès Bouyacoub (100 kg), Mohamed Amine Tayeb (+100 kg) et Bilel Zouani (open). Le groupe des filles, quant à lui, sera formé de Sabrina Saïdi (48 kg), Soraya Haddad (52 kg), Meriem Moussa et Ratiba Tariket (remplaçante) (57 kg), Kahina Saïdi et Chahinez Bour (remplaçante) (63 kg), Aïcha Benabderrahmane (70 kg), Amina Temmar (78 kg) et Sonia Asselah (plus de 78 kg). On ne sait pas encore qui sera engagée dans le «toutes catégories» ou open. Mais tout porte à croire que le choix se décidera sur place et ce sera la judokate la mieux indiquée qui sera alignée. Deux judokates peuvent faire l’affaire, à savoir Sonia Asselah et Amina Temmar. Il faut attendre donc pour voir qui sera de la partie dans cette catégorie suprême, où il n’est pas toujours facile de s’imposer. C’est le 3 avril que débuteront réellement les empoignades. Le programme prévoit, sur trois jours, l’épreuve des individuels et le quatrième jour le «par équipes». En marge, seront organisés, et pour la première fois, des Championnats d’Afrique de katas (formes techniques fondamentales). Deux duos de judokas seront engagés dans l’épreuve du nage no kata (formes techniques fondamentales de projection) et une paire dans le katame no kata (formes techniques fondamentales de contrôle). Pour le premier kata cité, les judokas retenus, pour la première paire, sont Rachid Messadia (tori) et Farhat Loutis (uke). Pour les néophytes, il faut savoir que tori est celui qui exécute les techniques et que uke est celui qui subit. Toujours dans le nage no kata, la seconde paire est composée des judokas Rabia Kohli (tori) et Mohamed Akil (uke). Enfin, pour le katame no kata, une seule paire côté algérien sera engagée, elle est composée de Hadj Arab Blaoui (tori) et Abdelhafid Semah (uke). Les judokas retenus s’envoleront avec le reste de la délégation dimanche à destination d’Agadir,  Maroc.

clubdz.com

Publié 31 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

L’African lion 2012 rugira la mi avril à Agadir

Fruit d’accord d’alliance majeure entre le Maroc et les Etats Unis sur le plan militaire et de sécurité, l’exercice annuel de manœuvres militaires African Lion se mettra en branle à la mi avril, deux semaines durant, mettant en œuvre quelques 900 soldats des FAR et 1200 marines, marins et soldats de réserves des forces armées américaines…

Publié 31 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Coopération

Le Maroc accueille le premier avion solaire sans carburant en provenance de la Suisse

Rabat – Le Maroc accueillera, au mois de mai ou de juin, Solar Impulse, le premier avion solaire conçu pour voler jour et nuit sans carburant ni émissions polluantes, qui tentera en première mondiale de parcourir, en provenance de la Suisse, une distance de plus de 2.500 km, a annoncé mercredi la Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN).

« L’avion solaire de Bertrand Piccard et André Borschberg tentera, en première mondiale, de parcourir sans une goutte de carburant plus de 2.500 km avant d’atterrir au Maroc », ont indiqué MASEN et Solar Impluse dans un communiqué conjoint. Ce voyage coïncidera avec le lancement de la construction dans la région de Ouarzazate de « la plus grande centrale thermo-solaire jamais construite à ce jour », ajoute-t-on de même source.

Solar Impulse s’envolera pour son plus long périple en parcourant les Pyrénées et la Méditerranée. Les deux pilotes, qui devront assurer un vol de 48 heures, se relayeront à bord à l’occasion d’une escale prévue dans la région de Madrid.

MAP

Publié 31 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Ecologie, Environnement, Technique

Dans les vallées de Draâ et Maidr, le secteur nuit à la biodiversité : Le tourisme coûte plus qu’il ne rapporte

Le développement touristique au niveau des vallées de Draâ et Maidr coûte plus qu’il ne rapporte». C’est ce qui ressort de la table ronde sur le potentiel de développement durable dans ces vallées, organisée dans le cadre du premier Forum international du tourisme durable et du développement local, tenu depuis le 29 mars jusqu’au 1er avril à Zagora. « On est face à une équation difficile à résoudre. C’est comment créer un équilibre entre une arrivée massive des touristes et la préservation des ressources naturelles  de la région. Aujourd’hui, la population locale a le sentiment de perdre beaucoup par rapport à ce qu’elle gagne », a précisé  Aziz Bentaleb, chercheur à l’IRCAM. Selon lui, le tourisme développé dans les oasis génère de multiples impacts socioéconomiques négatifs et contribue à la perte de la biodiversité: l’eau, la faune, la flore et le bouleversement du tissu social!     Ainsi, selon une étude sur l’impact du tourisme sur la palmeraie de M’hamid, M. Bentaleb a indiqué que les retombées  socio-économiques du secteur sur la population sont mitigées. A cet effet, l’intervenant a démontré que les emplois générés par le tourisme sont avant tout des emplois saisonniers et que les profits engendrés ne bénéficient qu’à quelques individus (notables locaux et prometteurs étrangers). Ce qui montre, selon lui,  la faiblesse de l’impact de ce secteur sur l’amélioration des conditions socioéconomiques de la population locale.     Sur le plan écologique, le chercheur de l’IRCAM a expliqué que la palmeraie M’hamid avait perdu durant les 15 ans d’implantation des établissements touristiques plus de 60 ha. Ce qui correspond en moyenne à environ 2.520 palmiers dont 2.000 pieds sont productifs et représente un recul de plus de 3% de la superficie phoénicicole.   Ce mode d’investissement intensif en plein désert a provoqué également  une survalorisation de la terre puisqu’on assiste à une flambée du prix des terrains agricoles qui a doublé voir triplé.   Par ailleurs, l’évolution rapide des installations touristiques a été suivie par une augmentation des besoins en eau. A ce titre, la consommation de l’eau par l’ensemble des activités touristiques est passée de 5.760 m3 en 2002 à 17.078 m3 en 2006.   D’après notre source, les mesures réalisées sur le terrain ont montré une exploitation anarchique des eaux souterraines. Les estimations indiquent que plus de 90 m3 d’eau sont pompés quotidiennement dans la zone touristique. «Ce mode de pompage a conduit à l’épuisement de la nappe, à la salinisation des sols et a mis en danger l’avenir même de ces espaces oasiens», a-t-il affirmé.   De son côté, Najib Abdelwahab, président de l’Association des guides touristiques dans les oasis marocaines, a souligné que la situation du développement touristique dans la région  est inquiétante vu la multiplication des obstacles qui entravent sa progression. D’après lui, l’absence de coordination entre les nombreux intervenants du secteur (Etat, collectivités locales, opérateurs touristiques…), le manque de ressources humaines formées, l’absence d’un cadre juridique adéquat et l’anarchie au niveau des prix risquent de nuire gravement à ce développement.   Même appréciation de la part d’Abdelkhalek Elmajidi, enseignant chercheur, qui a qualifié le secteur du tourisme dans la région  d’anarchique et de  non-structurel. Pour preuve, la dégradation  du patrimoine historique et culturel de la région  dans un silence complice des pouvoirs publics.   Que faut-il faire face à cette situation ? Pour Abdellah Mtir, la solution passe par la réponse à deux questions : quel genre de tourisme veut-on mettre en place ? Et quel espace touristique veut-on offrir aux touristes ?

Hassan Bentaleb – libe.ma

Publié 31 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Aménagement, Environnement, Tourisme

Rapport de la Cour des comptes : Agadir : 14 ans pour préparer des plans d’aménagement

  • Ils sont caducs avant même leur apparition
  • Trop peu de plans d’aménagement pour l’arrière-pays et un schéma directeur révolu
  • L’agence urbaine manque de moyens humains et financiers

Retards, non-respect des procédures, schéma directeur révolu… les dysfonctionnements relevés par la Cour régionale des comptes dans le suivi  des missions de l’agence urbaine d’Agadir sont très nombreux. Ainsi les magistrats de la Cour des comptes reprochent aux dirigeants de l’agence l’absence d’évaluation des plans d’aménagement. Ceux-ci d’ailleurs sont considérés en nombre insuffisant notamment dans le milieu rural. Dans ce contexte, la commune de Taroudant est un cas de figure des zones laissées pour compte en matière de plan d’aménagement. Cette province qui compte le plus grand nombre de communes dans la région, 89 au total, est couverte à hauteur de 7,86%. Alors que le Grand Agadir, qui abrite seulement 13 communes, est couvert  à hauteur de 84,60%. De fait, dans les zones urbaines, sur 19 communes 12 sont couvertes alors qu’en zones rurales, sur 155 communes uniquement 21 sont dotées de plan d’aménagement. Sans compter que beaucoup de plans d’aménagement sont laissés dans les tiroirs et ne sont pas utilisés.  C’est dire le déséquilibre entre le cœur du Souss et son arrière-pays en matière d’urbanisme. La mission en la matière est cependant difficile à remplir, répond-on du côté de l’agence urbaine. Face à la faiblesse de la collaboration des services extérieurs, notamment des communes sans moyens humains et financiers suffisants, il est difficile de couvrir tout le territoire en documents d’urbanisme. De plus, le Grand Agadir abrite 65% de la population de la région. Il est cependant reproché à l’agence urbaine sa lenteur dans la réalisation de ces documents. Certains d’ailleurs attendent douze ans, voire quatorze ans, avant de voir le jour. Ils sont d’ailleurs révolus avant leur apparition, déplore un architecte. Résultat, l’urbanisme à Agadir se développe sans vision globale et on a assisté depuis plus de vingt ans à la juxtaposition de quartiers dortoirs sans liens, sans connexion, avec très peu d’espaces verts. Cette situation est justement reprochée à l’agence urbaine. La Cour des comptes met en exergue le fait que des dérogations ont été octroyées à des projets pour être aménagés à la place de terrains dédiés aux espaces verts ou encore sur des terrains alloués à des équipements publics de base. Il est dit ainsi qu’en matière de dérogations, sur 459 dossiers traités au total un nombre de 246 ont reçu un avis favorable. Les anomalies en la matière sont telles qu’on trouve sur l’avenue Hassan II des bâtiments de six étages au lieu de quatre étages autorisés, ou encore sur l’avenue Mohamed V l’aménagement d’un immeuble cinq étages alors que sur la zone seuls quatre étages sont autorisés. Toujours en matière de non-respect du plan d’aménagement, l’exemple de la zone S8 sur laquelle se sont implantés des immeubles R+4 alors que seules des maisons R+2 sont autorisées sur les lieux, est édifiant. L’agence urbaine explique à ce sujet, que seules les dérogations qui ont été délivrées dans cette zone sont pour des projets de logements sociaux sur des terrains du domaine public, et ce dans le cadre du programme de résorption des bidonvilles.

Immobilier
En matière de dérogation urbanistique au plan d’aménagement, les projets immobiliers sont les plus nombreux à demander à bénéficier de la procédure. Selon le rapport de la Cour des comptes, sur 320 dossiers déposés, 70% sont des projets du genre.

Malika ALAMI – leconomiste.com

Rapport de la Cour des comptes : Ports: La réforme incomplète

  • 4 textes d’application toujours à la traîne
  • L’accès aux ports jugé non-conforme à la réglementation

L’Agence nationale des ports (ANP) figure en bonne place dans l’inventaire des institutions auditées par la Cour des comptes. Pour rappel, l’ANP avait été créée dans le sillage de la réforme portuaire. Cependant, plusieurs textes d’application n’ont toujours pas vu le jour et concernent notamment le système d’exploitation des ports, le schéma directeur des enceintes portuaires, la fixation des horaires de travail dans chaque port… «Le texte d’application relatif au système d’exploitation des ports a été transmis aux autorités compétentes aux fins de validation», déclare Nadia Laraki, directrice générale de l’ANP. «Le texte d’application concernant le schéma directeur des ports est toujours à l’étude auprès des autorités de tutelle depuis 2007», ajoute la DG. Au registre des dysfonctionnements constatés par les inspecteurs de la Cour des comptes, figure la non-régularisation de la situation des différents opérateurs des ports tels que l’OCP ou encore l’Onicl. Une mesure qui aurait dû intervenir avant le 5 décembre 2008. Il en va de même pour la marina d’Agadir qui n’a toujours pas signé de convention de préférence avec l’ANP. «La convention a déjà été transmise à la société concernée et l’Agence nationale des ports l’a mise en demeure de la signer», lit-on dans la réponse de la direction générale. Par ailleurs, l’enlèvement des marchandises au port de Casablanca est effectué par des opérateurs ne disposant pas des autorisations nécessaires et ce, en contradiction avec le cahier des charges prévu à cet effet. D’autres intervenants sont dans la même situation. Il s’agit des agents maritimes et autres transitaires, qui exercent leurs activités sans accomplir les formalités prévues par la loi. Bien que disponibles, certains équipements ne sont pas exploités par l’ANP, tels qu’un système informatique de gestion des marchés publics ou encore un système de surveillance intégré au niveau de la direction régionale de Casablanca. Au niveau du port de Nador, le principe de la concurrence n’a toujours pas été mis en œuvre, bien qu’un appel d’offres ait été lancé en 2007 pour la gestion de la station1. «L’appel d’offres en question sera rendu public au cours de la  période 2011-2012», affirme Laraki. Autre anomalie relevée par les inspecteurs de la Cour des comptes, la signature en 2006 d’une convention de préférence avec la Comanav, société-mère de Somaport, à condition que la première achève les formalités relatives à la création de cette nouvelle société dans un délai d’un mois. Or, la Comanav n’a toujours pas honoré ses engagements et l’ANP n’a pris aucune mesure pour régulariser cette situation. «La société en question a transmis les documents requis à l’ANP», rétorque la DG.

Occupation du domaine public
L’occupation illégale du domaine public fait partie des dysfonctionnements constatés par la Cour des comptes. L’absence d’un manuel des procédures explique l’existence de pas moins de 379 cas d’occupation du domaine public non autorisés. Ce qui occasionne des pertes de l’ordre de 1,7 million de DH pour le seul port de Casablanca. Par ailleurs, les autorisations délivrées ont expiré dans 95% des cas au niveau de Casablanca et 85% dans le port d’Agadir. «L’ANP a entrepris la régularisation de la situation des différents intervenants des ports de manière progressive. L’objectif étant de ne pas perturber le bon fonctionnement des services», explique la directrice générale de l’ANP. L’agence affirme par ailleurs avoir déjà entamé la régularisation progressive des cas d’occupation du domaine public. Des jugements ont même été prononcés en sa faveur dans 39 dossiers instruits par la justice.

Hassan EL ARIF – leconomiste.com

Publié 31 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Transports

Les habitants de Tafingoult se soulèvent contre la destruction de l’arganier

Les habitants de la tribu de Tafingoult cercle oulad berhil province de Taroudant ont observé un sit-in de protestation contre la destruction de leur patrimoine arboricole de toutes sortes y compris l’arganier mené par des hordes de chameaux et d’ovins. Les protestataires ont qualifié ces actes de laxisme et de vandalisme qui cible l’unique ressource de subsistance des pauvres agriculteurs.
Ces actes ont causé la déstabilisation de la vie quotidienne des habitants non seulement de la localité de Targua, mais aussi de toute la région selon notre source qui est l’un des organisateurs du sit-in ; ce qui susciterait des réactions incontrôlables des habitants.
Pour éviter l’aggravation de la situation et l’escalade, plusieurs jeunes ont entamé des procédures d’envoi de plaintes et demande d’intervention urgente auprès des autorités concernées, après que ces derniers se sont restés mains croisés, ils ont finalement décidé d’organiser le sit-in suivi d’une marche vers le siège du Caïdat du Tafingoult ce qui a obligé enfin le Caïd à intervenir pour apaiser le climat.
Suite à cette intervention les intrus ont finalement accepté de retirer leur bétail ce qui a suscité un soulagement au sein de la population qui a considéré que ses protestations étaient un message envoyé aux autorités responsables, en même temps un signe de solidarité avec les jeunes de la tribu qui se sont vus confisquer leurs pièces d’identité et qui ont été malmenés par la Gendarmerie Royale qui les a inculpés de vol des chameaux des nomades.

soussannonces.net

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agriculture, Argane, Région

La lutte contre la thalassémie au Maroc, aura-t-elle une place dans les programmes de l’INDH ?

Fin Mars, Agadir, sera-t-elle la première étape pour le lancement d’un partenariat entre les Rotariens marocains, la Rotary Foundation (USA) et l’Initiative Nationale de Développement Humain (INDH), pour juguler l’avancée d’une maladie héréditaire évitable du sang, la thalassémie? La rencontre des Rotariens d’Agadir sera-t-elle couronnée par la Déclaration Maghrébine contre la thalassémie ?
Abdelhaq, souffrant de thalassémie depuis sa naissance, est mort à l’âge de 20 ans, le mois dernier, dans un hôpital de Rabat. Ayoub, âgé de 18 ans, continue de se battre, depuis l’âge de 3 mois, contre cette maladie héréditaire du sang, grâce au soutien de sa maman, Samira. Ayoub est obligé de se présenter à l’hôpital toutes les 3 semaines, pour recevoir sa transfusion sanguine, indispensable à sa survie. Ayoub doit absorber chaque jour et à vie, un médicament spécifique, nécessaire pour l’élimination du fer en excès, secondaire aux transfusions sanguines répétitives. Il faut dire qu’Ayoub fais partie de cette minorité d’enfants qui ont la chance d’accéder à des soins spécialisés contre une maladie très compliquée. Des dizaines, voire des centaines d’enfants marocains atteints de thalassémie, meurent en silence et dans la souffrance. La tragédie, est que le vécu difficile de Ayoub sera encore le lot quotidien d’autres enfants qui vont continuer à naître avec cette maladie, car au Maroc, il n y a pas encore de véritable politique de prévention contre les maladies héréditaires du sang. Devant la souffrance des enfants atteints de thalassémie et de leurs familles, deux clubs rotariens, l’un Marocain (Rabat Chellah) et l’autre italien (Genova Nord), ont crié haut et fort leur indignation et sont allés plaider, il y a plus de 5 ans, la cause des enfants thalassémiques marocains, auprès de la puissante organisation internationale caritative, la Rotary Foundation. Cela a donné naissance au plus grand programme de santé rotarien dans le monde, après la poliomyélite. Certes, plusieurs réalisations ont été faites, formation des médecins marocains dans des hôpitaux italiens, développement de centres d’excellence de prise en charge de la thalassémie, accès pour la première fois aux traitements médicamenteux spécifiques, organisation de grandes campagnes de sensibilisation, lobbying auprès des politiques et du ministère de tutelle. Aujourd’hui, le Maroc a un programme national de lutte contre les maladies héréditaires du sang, dont la proclamation officielle a été faites, le 4 mai 2011. Parmi, ses premières concrétisations, l’achat par certains CHU du Royaume des médicaments spécifiques de la thalassémie et l’organisation, courant 2012, de séminaires dans 8 grandes régions marocaines (Tanger, Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès, Oujda, Agadir et Laayoune. Le premier aura lieu samedi 31 mars 2012 à Agadir, au profit des médecins de la région Souss Massa Draa. Par ailleurs, l’un des piliers fondamentaux pour la réussite de tout programme de lutte et de prévention contre la thalassémie, est la prise de relais par une association de parents et d’amis de malades. Toutes les analyses internationales le démontrent. D’ailleurs plusieurs pays arabes sont très en avance dans ce sens, car ils disposent d’associations très fortes qui ont le soutien d’une autre organisation internationale, la fédération Internationale de la thalassémie, dont les actions au Maroc sont encore timides. Plusieurs observateurs nationaux et internationaux, estiment que si le démarrage du programme rotarien Marocain contre la thalassémie a bénéficié du soutien du président de la Fondation Rotary de l’époque, le coréen LEE, la visite au Maroc, d’un grand pont du Top Management de la Rotary Foundation, M. Steve TOWNSEND, spécialiste en développement communautaire, constitue un tournant fort dans la lutte contre la thalassémie au Maroc. Agadir, sera-t-elle la première étape du lancement d’un partenariat entre la Fondation Rotary du Maroc, la Rotary Foundatin (USA) et l’Initiative Nationale de Développement Humain (INDH), pour juguler la progression de cette maladie héréditaire évitable du sang ? La rencontre des Rotariens d’Agadir sera-t-elle couronnée par la Déclaration Maghrébine contre la thalassémie ? D’autant plus, que la rencontre rotarienne d’Agadir verra la présentation d’une communication sur «L’INDH au service du développement économique: expérience originale au Maroc»  qui sera faite par Madame Nadira El GUERMAI-Gouverneur Coordinatrice Nationale INDH.

lopinion.ma

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Coopération, Santé, Solidarité

Agadir : un incendie périlleux : Redynamiser le comité de veille en place

L’incendie fait rage dans nombre de zones dans la préfecture d’Agadir Ida Outanane.
Celui qui a éclaté, mardi dernier, dans la soirée, dans la commune rurale de Tiqi, en pleine étendue montagneuse, a semé un large effroi au sein des populations. Aidées par un vent assez violent et une canicule sévissante, les flammes ont anéanti une vaste surface à une cadence effrénée, entre les douars Tamgounsi, Tatelt et Iguer Bouhamed.  La terreur des citoyens  est d’autant plus évidente qu’elle en annonce déjà d’autres, à l’approche des périodes estivales. Il est à signaler que l’incendie en question s’est déclaré à environ 15h, les habitants essentiellement de Tamgounsi, en compagnie des sapeurs-pompiers et des gendarmes se sont rendus sur les lieux vers 18h. Ce retard expliquait, en fait, la propagation des feux, outre l’absence de la communication et la sinuosité des accès très accidentés. Les efforts laborieux de toutes ces interventions ont pu mettre un terme à cet incendie, vers 21h, sous les soupirs de soulagement des populations. Rappelons qu’il y a trois années, un incendie sans précédent avait décimé les forêts d’Arganiers, d’amandiers et de chênes, dans la région Tougrou à proximité de la commune rurale d’Imouzzer. Ce souvenir n’arrête pas de hanter les citoyens qui souhaitent bien que cette catastrophe ne se réitère pas, surtout que ces arbres fruitiers constituent le gagne-pain de ces familles déshéritées. Les services concernés sont donc tenus de maintenir la vigilance en veillant constamment et surtout à la mise en œuvre d’un système de sensibilisation et de mobilisation des citoyens.

albayane.press.ma

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Région

«Binter Canarias» en mode expansion

Comme annoncé précédemment, la compagnie aérienne «Binter Canarias» vient d’annoncer officiellement le renforcement de ses dessertes au Maroc. La compagnie espagnole prévoit d’inaugurer, en mai prochain, deux nouvelles lignes à partir de Gran Canaria (Las Palmas), vers Casablanca (deux fois par semaine) et vers Agadir (également deux fréquences hebdomadaires, le lundi et le vendredi). Ces vols réguliers seront assurés par un appareil de type ATR 72-500, d’une capacité minimale de 66 sièges. De même, la compagnie Canarienne augmentera ses fréquences de vols déjà opérationnels, pour Laâyoune qui passera de trois à quatre vols par semaine. Les trois vols déjà existants affichent un taux de remplissage moyen de 76%, essentiellement assuré par les passagers espagnols. Quant à Marrakech, la compagnie ajoutera un 3e vol aux deux liaisons existantes, dont le taux de remplissage moyen enregistre 74%, principalement par des hommes d’affaires et des commerçants marocains des provinces du sud. Cette expansion est le fruit d’un travail collaboratif avec la RAM, pour l’établissement des vols de Binter Canarias en code partagé. En effet, une forte délégation de la compagnie, conduite par son coordinateur général, Juan José Gavilan, son directeur commercial, Juan Manuel Perez, son directeur de production, José Luis Reina ainsi que celui des relations institutionnelles et de la communication, a fait le déplacement en février pour étudier les modalités de l’application de leur plan d’expansion. Ce dernier couvre également le continent africain, puisque la compagnie canarienne projette d’étendre son trafic sur toute la côte occidentale africaine, durant les cinq prochaines années. À cet effet, des responsables de Binter Canarias ont également voyagé durant l’année dernière en Mauritanie, au Sénégal, en Gambie, en Guinée Équatoriale et au Cap Vert pour établir des accords de collaboration avec les dirigeants de ces pays. «Il s’agit, selon la compagnie, d’un marché potentiel estimé à 300 millions de clients, auxquels Binter Canarias a décidé de ne pas tourner le dos». Du côté toujours de la compagnie, la consolidation et la continuité des vols directs vers le Maroc, contribueront à l’amélioration de la connexion aérienne et à satisfaire la demande, donnant lieu à une opportunité de croissance de l’offre. Dans ce sens, il y a deux types de clients ciblés par la compagnie. Il existe un flux important de touristes espagnols remplissant les avions lors des week-end à Marrakech – en plus d’un trafic très consolidé de marocains des provinces du sud, entre Laâyoune et Las Palmas. À ces lignes, s’ajoute la nouvelle offre entre les îles Canaries et Casablanca, qui propose aux hommes d’affaires marocains des vols réguliers vers les îles Canaries, mais aussi vers d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest. Toutefois les vols vers le Sénégal et les pays au sud seront conditionnés par l’incorporation à la flotte actuelle, d’autres appareils avec une plus grande autonomie de vol.

Champion des ATR
En dix ans, la compagnie aérienne a réussi à obtenir l’une des plus grandes flottes d’avions ATR d’Europe, la seule dans les Îles Canaries, avec un total de 18 avions en 2011 et 80% de part de marché. S’agissant du nombre de voyageurs transportés, il a augmenté pour se situer en 2011, à hauteur de 2,6 millions de passagers, couvrant 7 destinations dans les îles et 4 en dehors de l’archipel, notamment Marrakech, Lâayoune, Agadir et Casablanca à partir de mai.

Yassine SABER – lesechos.ma

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme, Transports

Agadir : 2e Journées professionnelles du tourisme

L’Office national marocain du tourisme (ONMT), la Fédération nationale du tourisme, ainsi que le CRT d’Agadir, organisent les 6 et 7 avril, à Agadir, leurs 2èmes Journées professionnelles.
Des rencontres qui seront consacrées à l’examen de la situation du secteur, au renforcement de la concertation entre les secteurs public/privé sur les actions de promotion à entreprendre.
Des outils garantissant la mise en œuvre d’un plan d’action commercial devraient également être identifiés au cours des journées professionnelles du tourisme.

leconomiste.com

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

Tag(s) associé(s) : ,

1er forum international du tourisme durable du 29 mars au 1er avril à Zagora

                                                                             Zagora

La première édition du Forum international du tourisme durable et développement durable se tiendra, du 29 mars au 1er avril à Zagora, sous le signe « pour un autre développement touristique », annoncent les organisateurs qui veulent contribuer à la promotion d’une culture touristique solidaire.

Dans un communiqué, les organisateurs sont à coeur d’oeuvrer pour un tourisme à dimensions écologique et rurale, porteur d’espoirs de développement local intégré.

Organisée par la wilaya de Souss-Massa-Drâa, la province de Zagora, la commune urbaine de Zagora et le conseil provincial de tourisme, cette manifestation entend renforcer les compétences des populations locales et améliorer leurs capacités, à travers leur implication dans les différentes phases de ce projet et la création d’une synergie commune.

A travers ce forum, initié également par l’Association de développement de la vallée du Drâa et l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’Arganier, les intervenants locaux s’engagent à progresser de façon continue, en évaluant l’impact de leurs activités et de leurs décisions au regard de chacun des quatre domaines qui définissent le tourisme durable, à savoir la préservation de l’environnement, l’équité sociale, l’efficacité économique et la gouvernance.

Cette manifestation, initiée en collaboration avec le ministère du Tourisme, le Conseil national des droits de l’Homme, le Centre régional d’investissement d’Agadir et l’université Ibn Zohr, permettra de tirer profit des pratiques et savoir-faire traditionnels et de repenser les modes d’organisation actuels.

Au programme de ce forum, figurent des tables rondes dédiées à la sensibilisation aux spécificités du tourisme durable, l’échange sur ses enjeux et la mise en réseau des opérateurs locaux avec des organismes des pays émetteurs.

En parallèle aux actes scientifiques, le salon d’exposition du forum permettra aux collectivités et aux professionnels de faire montre de leurs produits, services et savoir-faire en matière de tourisme durable.

Les sides-events comprennent l’organisation d’activités sportives, notamment un tournoi intercommunal et un match opposant les anciens joueurs de Zagora aux anciennes stars de l’équipe nationale.

Le programme sportif prévoit aussi une course internationale sur la route (10 km), avec la participation d’athlètes de plusieurs pays dont la France, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Tunisie et l’Arabie Saoudite.

Outre un concours artistique et littéraire qui permettra aux écrivains et créateurs en herbe de s’exprimer, les participants pourront bénéficier de moments d’évasion et de découverte d’un trésor naturel (palmeraies, oasis, kasbahs, gravures ), ainsi que d’un potentiel culturel anthropologique ancestral. Les personnes désireuses de s’y inscrire peuvent le faire via le site web de la manifestation : http://www.forum-itd.com.

MAP – aufaitmaroc.com

Troisième Symposium International sur la Lutte Biologique contre les Maladies Bactériennes des Plantes, du 04 au 10 novembre 2012 à Agadir

La troisième édition du Symposium International sur le Contrôle Biologique des Maladies Bactériennes des Plantes, organisé par l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II Complexe Horticole d’Agadir, se tiendra du 04 au 10 novembre 2012 à Agadir, Maroc.

We will be pleased to meet you at the 3rd International Symposium on Biological Control of Plant Bacterial Diseases to be held in Agadir, Morocco, a well known tourist city. Please fill out the preliminary registration form and submit it as soon as possible (preferably before January 2012) to the Secretariat of the Symposium. Please feel free to contact us for any further information.

The success met by the previous International Symposia on Biological Control of Plant Bacterial Diseases held in Florida has built in the participants a strong willingness to meet on a regular basis and debate on advanced issues related to Biological Control of Plant Bacterial Diseases. Therefore the 3rd International Symposium will be held in Agadir, Morocco, as decided during the 2nd Symposium held in Florida in November (from 4 to 7) 2008.

On behalf of the organizing committee, it is my pleasure to invite you to participate in the 3rd International Symposium on Biological Control of Plant Bacterial Diseases that will be held in Agadir, Morocco from 4 to 10 November, 2012. This Symposium will be an opportunity to present and discuss new outcomes related to Biological control of plant bacterial diseases.

The Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II will be pleased to welcome colleagues from all over the world and would like to thank in advance all those participants who will contribute and assist to make this event successful and scientifically stimulating.

Prof. M’barek FATMI, IAV Hassan II, Agadir Chairman

Contact :

Prof. M’Barek FATMI, Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Complexe Horticole d’Agadir B.P. 18/S – 80 000 Agadir, Morocco

– Telephone: + (212) 528 24 50 10
– Mobile: + 212 (0) 661 20 66 88
– Fax: + (212) 528 24 50 10 or 528 24 22 43
– E-mail: biocontrol2012@iavcha.ac.ma;
– Web : http://www.iavcha.ac.ma/biocontrol2012/

marocagriculture.com

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture

L’Association Nationale des Ingénieurs Phytiatres Horticoles et Paysagistes tiendra son assemblée générale ordinaire le 30 Mars 2012 à Agadir

L’Association Nationale des Ingénieurs Phytiatres Horticoles et Paysagistes – « ANIPHOP »

tiendra

son assemblée générale ordinaire le vendredi 30 Mars 2012 à 18h00 à l’hôtel Timoulay (Agadir)

et organisera une soirée débat à 20h00 sous le thème  :

» Le conseil agricole privé, une opportunité de création d’emploi pour l’ingénieur agronome »

marocagriculture.com

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Emploi

Conseil d’administration de l’académie d’Agadir : Etincelles sur fond de malaise

Le périple du ministre de l’Education nationale a fait escale, mardi dernier, dans la capitale du Souss. La famille de l’enseignement, toutes catégories réunies, en compagnie de ses partenaires, se donnait rendez-vous pour se concerter et se frayer les chemins de la novation requise. Le nouveau patron du département savait déjà que sa première apparition à Agadir ne serait pas de tout repos. Dès son irruption à la salle de la Wilaya, lieu de la rencontre, il s’en est aperçu non sans désagrément, avec l’abordage des journalistes frustrés de «se faire évincer», la récidive des attachés en cadre en état de débrayage et, un peu plus tard en pleins travaux, avec le retrait tous azimuts, d’un certain nombre de composantes. Décidément, comme on peut s’en rendre compte à l’œil nu, l’académie régionale excelle par un effroyable tempérament de discorde et de désunion, tissé tristement entre ses constituantes, en dépit de l’éminence de nombre d’entre elles. C’est d’ailleurs le constat sur lequel s’est étendu une multitude d’intervenants parlementaires, notamment le maire d’Agadir et le président de la chambre de commerce, d’industrie et de services. La convergence et la communion semblent bien s’effriter dans le canevas communicationnel académique, au point d’attiser des sentiments de hargne et de renfrognement au sein d’une communauté éducative régionale, censée évoluer dans la concorde et la cohérence. On ne saurait guère s’égarer à deviner les explications criantes à cette attitude singulière, si l’on convient que le directeur est pris en otage par ses proches collaborateurs, au point de s’interroger sur les raisons d’une telle habilitation accordée à son scribouillard de noix de coco, manifestement érigé en maître absolu. La preuve s’est encore illustrée lors des travaux dudit conseil d’administration, quand le veinard se payait le luxe de glisser des bouts de papier au directeur qui, à son tour et sans même prendre la peine de s’assurer du contenu, transférait, d’une traite, le mot «malintentionné» au ministre. On déplorera alors cet effacement quasi-total du directeur cantonné au bon vouloir de son subalterne, connu pour ses limites flagrantes. D’autant plus qu’il est entouré d’autres chefs de division beaucoup plus posés et auxquels il est appelé se fier en cas de besoin. Mais, ces derniers semblent bien être relégués au second plan, au profit du fortuné «conseiller». En fait,  l’absence de communication affectait non seulement les entités éducatives de l’académie, mais également les des différents services extérieurs et corps représentatifs. Cependant, en dépit de ces moments de tension qui ont émaillé le prélude de cet événement, au point d’omettre le mot de préambule du Wali, comme à l’accoutumée, le ministre, de par l’audace et la pugnacité de son verbe, a su éponger tous ces égarements, sans, pour autant, éviter d’avoir présent dans l’esprit, de toute évidence, l’effilochement des rapports sains qui devaient le grand souci du directeur, au lieu de s’évertuer à «descendre» par les manières les plus mesquines, ses réels proches collaborateurs. Le ministre aura réalisé, sans aucun doute, cette discordance dont la responsabilité incombe littéralement au meneur académique qui se contente, il est vrai, de «se démettre» de ses fonctions de fédérateur de toutes les bonnes intentions préfectorales. Il devrait, en effet, s’estimer heureux d’avoir dans son « territoire » des flammes débordantes de panache, à l’instar de celle qui brille intensément, au côté de son siège. Sa force, en fait, réside, en celle des délégués et il est bien de son intérêt de s’en inspirer constamment, sans que les «vermines» auxquelles il fait confiance s’en mêlent, au point de lui rédiger et vomir des affabulations déconcertantes. Le ministre aura marqué son passage par son franc-parler, mais pareillement par sa capacité d’apprécier les compétences que renferme la région et d’appréhender de visu le manque à gagner en termes de communication et de fébrilité dont fait preuve le chef de file régional, complètement enseveli dans le linceul de son petit « faiseurs de mots boomerang».

Saoudi El Amalki – albayane.press.ma

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement

Service médical d’Urgence à Agadir

On ne sait jamais, on pourrait en avoir besoin !

Publié 29 mars 2012 par Michel Terrier dans Agadir, Santé

Rotary Club Agadir Vallée du Souss : Championnat de golf IGFR Maroc

Golfeurs : à vos clubs !Tournoi de Golf – Torneo de Golf – Golf Tournament

Après le succès de ses deux premiers tournois de golf, Le Rotary Club Agadir Vallée du Souss organise du 25 Mars au 1 er Avril 2012sa 3 éme édition et ce dans le cadre du championnat de golf de l’ IGFR MAROC . Les fonds recueillis serviront à financer la prise en charge chirurgicale d’enfants atteints de malformation cardiaque.
Tout en soutenant une noble cause, vous aurez l’occasion de vivre un séjour agréable et inoubliable dans notre région d’autant plus que cette année notre tournoi coïncide avec l’organisation de la conférence du District 9010 qui aura lieu à AGADIR du 29 Mars au 1 er Avril 2012. Vous aurez l’occasion également de pratiquer votre sport favori sur le nouveau parcours du golf de l’Océan  inauguré le 21 décembre 2010.
Pour les non golfeurs, des cours d’initiation seront programmés ainsi que des visites touristiques. L’hébergement se fera soit à  L’Atlantic Palace, *****, qui dispose entre autre d’un centre de Thalassothérapie et d’un Casino soit au Sofitel***** Agadir qui est situé  en bord de mer.

  Programme & jnscription


Chers amis Rotariens,

Notre Club Rotary Agadir Vallée du Souss’ tient ses réunions hebdomadaires tous les Mercredi à 20h00 au ‘Salon Rotary’ de l’hôtel MARHABA Agadir. Nous serions heureux de vous recevoir à notre prochaine réunion hebdomadaire.

Dear friends Rotarians,

Our Club Rotary Agadir Vallée du Souss’ holds its weekly meetings every Wednesday at 20h00 in the `Salon Rotary’ of the hotel MARHABA located in Agadir. We would be happy to receive you at our next weekly meeting.

Estimados amigos de Rotary que estan de paso,

Nuestro Club Rotary Agadir Vallée du Souss’ realiza sus reuniones semanales todos los miercoles a las 20 horas en ‘el salon Rotary’ del hotel MARHABA Agadir. Y nos complace enormemente recibiros en nuestra próxima reunión semanal.


Le Rotary international est l’association des Rotariens du monde, c’est le premier club service de dimension mondiale, fondé le 23 Février 1905 par Paul Harris, jeune avocat de Chicago, et trois de ses amis, dans le seul but de restaurer l’esprit amical, apprécié dans le village de son enfance, dans les milieux d’affaires de la grande ville. Ainsi des réunions tournantes avaient lieu successivement chez chacun des membres. Aujourd’hui le Rotary existe dans 170 pays, avec 33.000 clubs et plus de 1.210.000 membres, hommes et femmes.

Président :

Abdelilah LAHLALI            
+212(0)661145812
lahlali.abdelilah@gmail.com

Secrétaire :

Mlle Fatima OUMELLOUK
+212(0)661283780
oumelloukfatima@yahoo.fr

Juge et journaliste… pas si différents que ça !

La presse et la justice, sont-elles de natures différentes ? Oui, sans la moindre hésitation. Le travail du juge est axé sur la préservation de l’information et sa discrétion afin de garantir le bon déroulement des procédures judicaires. À l’opposé, le point de mire du journaliste est l’accès à l’information et sa diffusion au profit du grand public. Certes, le journaliste n’est pas enquêteur de police judiciaire, mais il utilise la même démarche pour rapporter des faits à travers les formes accessibles de l’information. Honorable, jusque là, sauf que cela pose la problématique des limites, tant sur le plan de l’usage, que sur ceux de la pratique et de la réglementation en vigueur. Toutefois, même si les deux sphères (justice et presse) sont souvent présentées de la sorte (différences de natures), elles s’appuient sur la même finalité, notamment l’accès à la vérité des faits et poursuivent des buts complémentaires afin d’éclairer le grand public. La conférence-débat prévue à Agadir sur le thème de «La relation entre les Médias et la Justice à l’issue de la nouvelle Constitution» devrait réunir, le 30 avril prochain à la Chambre de commerce, d’industrie et des services d’Agadir (CCISA), les juges, les avocats et les journalistes de la région afin de cerner cette problématique.
La rencontre est organisée conjointement par le Centre régional des études et de la recherche en médias et communications (CRERMEC), en partenariat avec la Cour d’appel d’Agadir et l’université Ibn Zohr. Le choix du sujet est loin d’être anodin, dans la mesure où la relation entre les deux secteurs a été dernièrement sujet à des tensions. À cet effet, le CRERMEC a donc initié cette conférence pour approfondir le débat autour de ce sujet récurrent. L’apport de la conférence est de trouver un terrain d’entente en rapprochant les différents points de vue des professionnels. Dans ce sens, la rencontre sera déclinée autour de plusieurs interventions. Parmi lesquelles la dialectique «médias-justice», les enjeux du contexte actuel et la nécessité du changement du rapport entre les médias et la justice, mais aussi la conciliation entre l’indépendance de la justice et le droit de suivre les procédures judiciaires par la presse. Pour autant, le passage de la liberté d’expression à l’accès à l’information et à la diffusion, et d’autres aspects contenus dans le  Code de la presse quant au respect des intimités personnelles et les droits et les nouvelles dispositions constitutionnelles pour les journalistes, seront aussi débattus. Par ailleurs, et même si la nouvelle Constitution, à travers plusieurs textes, appelle à l’autonomie de la justice, à la liberté d’expression et à l’accès à l’information, notamment à travers les articles 27 et 28, les modalités de son application restent encore lointaines, surtout devant l’exigence du secret professionnel et l’état d’esprit régissant certaines administrations. À l’heure actuelle, et tant que la  justice n’est pas totalement adaptée à la nature de la profession du journalisme et que le Code de la presse n’est pas appliqué, les professionnels répondent à plusieurs textes de loi, notamment les Code pénal, civil et du travail.

Yassine SABER  – lesechos.ma

Publié 28 mars 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Conférence, Justice

%d blogueurs aiment cette page :