Archives de 7 août 2011

Sécurité routière : le département de Ghellab renforce le contrôle

Redoubler de prudence sur les routes. C’est ce qu’envisage de faire le département de Ghellab à travers l’instauration de nouvelles dispositions pour lutter plus efficacement contre l’insécurité routière. Suite à une réunion tenue cette semaine à Rabat, la commission centrale de suivi des actions de contrôle et de l’application des sanctions s’est notamment engagée à augmenter le nombre de contrôles d’excès de vitesse. Pour ce faire, le nombre de sorties de brigades équipées de radars mobiles sera augmenté aussi bien en ville que sur les axes autoroutiers. Au total, ce sont 1.000 nouvelles unités de contrôle qui seront augmentées d’ici fin août, s’ajoutant ainsi aux 140 radars.
Le renforcement du respect des règles de la circulation au milieu urbain et rural est également prévu et cela à travers les brigades mobiles. Pour le ministère des Transports, celles-ci sont plus efficaces et ont jusqu’ici prouvé leur capacité à appréhender les contrevenants à n’importe quel moment ou lieu. Le contrôle des temps de conduite et de repos pour les camions et les autocars et le contrôle des autocars au niveau des gares routières fait également partie des nouvelles dispositions tranchées par la commission. Par ailleurs, il a également été décidé la mise en place d’une procédure de contrôle intégré inopiné par des brigades mixtes (relevant du ministère de tutelle, de la DGSN et de la gendarmerie royale), portant sur l’état mécanique des véhicules, les conditions de transport et les conditions sociales des conducteurs (respect des temps de conduite et de repos).

lesechos.ma

Publicités

Publié 7 août 2011 par Michel Terrier dans Actualité, Circulation, Transports

L’institutionnalisation de tifinagh en chantier : Emballages et notices de médicaments en amazigh

Les premiers emballages de médicaments en tifinagh sont désormais sur le marché national à partir du 1erRamadan. L’initiative du laboratoire Genpharma est porteuse. «Elle reflète l’engagement direct du laboratoire dans le changement politique du pays au lendemain de l’adoption de la nouvelle Constitution, notamment en ce qui concerne l’encouragement de la langue amazighe adoptée récemment comme langue officielle au Maroc.
Genpharma est une entreprise citoyenne qui participe ainsi pleinement aux réformes que connaît le pays dans différents secteurs», nous a précisé un responsable du laboratoire, tout en affirmant que «cette opération à laquelle le laboratoire marocain a consacré tout un effectif et un arsenal technique se poursuit jusqu’au 20 août».
Elle touchera toute la gamme de médicaments de Genpharma, soit les dosages de quelque 34 médicaments fabriqués par le laboratoire pour le marché national. «Nous avons entamé cette initiative par le lancement d’un médicament très sollicité par les citoyens pendant le mois sacré, à savoir la gamme Omegen qui facilite la digestion», poursuit le responsable. Et d’ajouter qu’«un budget important a été alloué à cette opération devenue par la force des choses une obligation. Les autres laboratoires, ainsi que toutes les institutions étatiques et privées doivent entamer l’intégration de la langue amazighe dans leurs documents (brochures, catalogues, emballages, etc).» Et pourtant, l’investissement du laboratoire pour cette première au Maroc n’a pas impacté le prix des médicaments resté inchangé sur le marché national. Esthétiquement parlant, «la langue tifinagh introduite sur les emballages et les notices n’a fait que les enjoliver», dixit la même source.
S’agit-il d’un coup de pub ou d’une campagne marketing? «Certainement pas. C’est un devoir national que Genpharma a accompli. D’ailleurs, le laboratoire a toujours été au diapason des attentes des réformes initiées par le pays. D’autant que son management ne cesse de fournir les efforts nécessaires pour encourager le développement du pays par tous les moyens dont il dispose», souligne ledit responsable.
L’Institut Royal de la culture amazighe a contribué à cette initiative en traduisant les textes des brochures, des emballages et des notices. Il serait même, selon le même responsable, «le concepteur de cette idée à laquelle le laboratoire n’a pas hésité à adhérer». Ledit laboratoire étudie également l’introduction du tifinagh dans son site Internet.
Rappellons que «Genpharma, créé en 2001, est un laboratoire pharmaceutique spécialisé dans le développement, la production et la commercialisation de médicaments génériques. Avec une capacité de production à 120 millions de boîtes, Genpharma a l’objectif d’accroître et de renforcer sa position stratégique de leader sur le marché marocain des génériques», explique la même source en affirmant que «le laboratoire développe aussi sa présence à l’international (plus de 25% de son chiffre d’affaires) en étant maintenant présent dans 20 pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Il a aujourd’hui sur le marché plus de 100 produits destinés à des consommateurs répartis dans plus de 20 pays à travers le monde». Et de conclure : «Grâce à la capacité de fabrication actuelle de Genpharma qui atteint 120 millions de boîtes  par an, nos clients peuvent être assurés de la fiabilité de livraison de nos produits et de notre aptitude à répondre à une demande importante.»

Rida ADDAM – libe.ma

Publié 7 août 2011 par Michel Terrier dans Actualité, Culture, Société

%d blogueurs aiment cette page :